Vous êtes ici

Le blog de Jacques Bonnaffé

Bonjour tendresse, mort de Jean Claude Darnal chanteur et créateur de l'hymne ravageur “Quand la mer monte, j'ai honte”

Les yeux de Jean-Claude Darnal

Petit signe en forme grande émotion, écrit comme sur la fuyante surface de quelque vitre embuée, c'est chouette aussi la tristesse et le froid... Cela permet de se souvenir, griffonner sur le paysage nos humeurs changeantes toujours prêtes à s'enthousiasmer du luxe passager d'un rayon d'or. Vaille que darde Darnal encore, dans nos têtes de gosses insatiables. Oui, se donner du coeur et chantonner J'ai honte avec le front haut, c'est pas donné au premier venu, fallait bien l'avoir un peu dans les nuages, la caboche ! Et le corps dans l'effort, on le dit aussi du Nord, car c'est en frottant à tout ce qui fait groupe que se hurle amoureusement ce blues baroque du J'ai honte.

L'Oral et Ardoises... Souvenirs libations.

Amphithéâtre ceinturé d'eau

Ce métier est un voyage. C'est en tous cas ce qui nous en ressort de plus chavirant, à travers l'espace comme à travers les mots. Quelquefois l'inconnue est la destination. Pouvais-je m'attendre à tant d'émotions lors de cette invitation de Jean-Marc Challoilleau, l'Hostréiconteur de l'île d'Oléron : un théâtre bâti de toutes pièces ré-intégrant les anciens pieux d'élevage de l'huitre, d'où son appellation Théatre des ardoises. Le texte ci dessous raconte l'épisode, et les mots d'affection en retour. C'est témoigner aussi qu'aujourd'hui une des batailles essentielles se joue-là et non entre Odéon et nominations, préservation des titres de gloire et compagnies j'en passe... Mais dans une action de terrain, un réel besoin de théâtre qu'il ne faut pas décevoir et qui s'impose comme lutte contre la culture gratuite ou le vide total instauré par nos modes économiques et les hypermarchés

Louis l’ouïe… Yeap yiiiip to Sclavis !

Les yeux de Jacques Bonnaffé, cadrés serrés

Chanter Louis pour en avoir plein la vue ! C'est tout Louis l’ouïe ! Les enfants l’appellent d’un bloc compact admiratif : Eh Louissssclavis ! Tous un beau jour, nous l’avons nommé Louiss' par erreur, comme un possible Amstrong des anches… Eh dis Louiss', Louis labsus clavier, Louis roi de l’oreille ! Un jeu de clés, son magique nom ! Sclavis c’est un peu comme clarinette en italien, clair et net ! Au final c’est juste Louis Sclavis, une tenue, un geste son jeu, son touché danse et ses yeux se marrent derrière le bec. Immobile, droit magnifique car tout bouge en fait et l’on se frotte les yeux, il donne une présence dingue à ce corps campé, car c’est le voir, Louis, qui compte et ressentir du coup très fort ce qui lui passe dans les doigts et par la forge des souffles.

Du CPC au CPTCPCCP : « la culture pour chacun » s'étoffe !

Projet du ministère, la culture pour chacun est devenue sous l'assaut des critiques, la culture pour tous, culture pour chacun, et culture du partage ; sans rire.

Faisan, le point sur les Banquets Cie.

La Compagnie Faisan s'est constituée autour d'un banquet. C’est, disons, plus avenant qu’une table de bureau. Les nourritures avaient à voir avec notre idée fondatrice et faisant compagnie, nous nous proposions de définir une célébration des « nourritures essentielles » aujourd’hui. Un Banquet du Faisan créé pour Lille 2004 fut l'occasion de tenter plusieurs mises en scène de ces spectacles attablés, alliant musiques, textes, régal et cuisines.

Pages

S'abonner à RSS - Le blog de Jacques Bonnaffé