Vous êtes ici

Le blog de Jacques Bonnaffé

Toutes les Langues du Monde.... Un concertexte.

Festivases à l'île Oléron, le 17 aout 2013 le Théatre des Ardoises nous accueille

Toutes les langues du monde en moins de cent coups de glotte voilà au moins un titre, qui ne se moque pas du spectateur, il en aura pour son argent ! Douze mots pesés cueillis chez Jean-Pierre Verheggen. L'oral est hardi toujours ! Reprenant nos ardoises où nous les avions laissées en 2010, nous voilà belges, deux fois.

Très Classe

Une main qui saisit un bambou

Un signe cordial aux élèves comédiens du Conservatoire de Paris, (CNSAD) ils expriment un refus qui ne semble pas dater d'hier. Une attente forte, à laquelle des professeurs ont réagi de façon curieuse, en lançant une pétition contre ces récalcitrants. Je résume et déforme probablement, car l'affaire a déjà évolué, et demande aussi à ce qu'on rassure les étudiants, ils ont bien fait, la discussion est ouverte.

Chassez le Naturel (reprise)

Ombre simiesque

Le duo-dansé Nature aime à se cacher est l'objet d'une reprise, comme les bonnes chaussettes. Présenté d'abord en tournée à Lille, Bruxelles, Nice, Oyonnax, Oullins, Nantes, il arrive en mai à Paris au théâtre de la Bastille, sous un titre nouveau, un peu moins vieille chaussette : Chassez le naturel.

Un CD livre de L’Oral et Hardi

Jacques Bonnaffé les yeux au ciel et les mains au front

Oh ! Surprise et annonce ! un CD de L'Oral et Hardi est enfin réalisé et complet, garni d'un texte exact et de références précises.

Bon de commande

A l'aise Treize

Poissons d'aquarium

Ce qu'il y a de bien avec cette année nouvelle c'est qu'on peut s'treizer sans angoisse. Je vous la treize heureuse et bien bonne, treize encline à l'espoir aussi. Treize optimum ou treize aux petits oignons. A l'aise Treize !

Revenu de l'an douze

Contre-jour ensoleillé sur quelques nuages surplombant un paysage de rivière vallonné.

Dans le cycle Cousins de Rousseau entamé en 2012 quelques intermèdes nous auront littéralement été à la rue. D'une pratique du texte à faire entendre dans les théâtres, nous sommes passés à un art de rue malgré les caprices météo, en juin 2012, pour une petite série de performances déambulatoires sorte de rêveries de promeneurs solidaires comme décrites ci-dessous, le but étant de faire entendre Rousseau dans le texte en compagnie des voix de la Nature ou in situ. L'épisode décrit ci-après s'est déroulé près de Rennes, dans un lieu d'art et de littérature Le bout du plongeoir

Pages

S'abonner à RSS - Le blog de Jacques Bonnaffé